Berges de Garonne: un long fleuve…plein de remous

Les berges de Garonne : quelle avenir ?

La nouvelle municipalité a déplacé le grillage sur le chemin du Port, qui matérialisait les inquiétudes réelles des Saubenois concernant l’avenir du chemin du Port. Cette démarche qui paraît anodine ouvre la porte à un changement de politique complet : au lieu de voir à long terme, on n’identifie que les points « dangereux à très court terme ».

Le Sous Préfet avait fait réaliser par ses services compétents une étude des sols et un historique de la dégradation des berges, il y a une dizaine d’années, démontrant les tendances générales à la fois sur les zones de « roche dure », sur les zones de « marnes » et autres sols moins stables que la falaise. Cette première étude avait été faite par le Centre d’Etudes Techniques de l’Equipement (CETE), service de l’Etat indépendant. Un dossier de 50 pages contenant des préconisations urgentes, à court, moyen et long terme, (« long terme » signifiant 15 ans -date de la quelle nous sommes désormais très proches).
A la suite de cette étude, la municipalité de l’époque avait choisi un cabinet d’expert (ICE) pour chiffrer et mettre en œuvre ces directives de l’Etat. Dans son rapport, il détaille les travaux les plus pertinents à envisager pour pérenniser les berges (et ainsi garder le chemin qui dessert toutes les habitations du coteau). Ce cabinet ne devait pas faire les travaux lui-même mais accompagner la mairie dans sa démarche de rédaction des Cahiers des Charges Techniques Particulières puis dans ses choix suite aux appels d’offres, les choix restant ceux des élus. Il n’est donc pas juge et parti.
Ces travaux d’étude furent longs, coûteux pour la commune, (140 000€) mais représentaient une condition nécessaire pour obtenir des financements (à la fois de l’Etat – sous préfecture- et du Conseil Général) pour l’ensemble des réalisations envisagées (3,3M€).

Aujourd’hui, l’Etat demande des économies immédiates.
Il demande donc dans la foulée une nouvelle étude qui ne concernerait que les zones immédiatement périlleuses.
Ce nouveau dossier envisage des travaux de petite ampleur sur le départ du chemin du Port (où se situe une petite source à capter), et sur la zone dite « le bosquet » qui se trouve fréquemment sujette à des glissements de terrain. Le total estimé à 80 000€ paraît alléchant. La suite des zones à risques dites « à moyen terme » ( 2 ou 5 ans?) reste aussi modeste.
Ce dossier est basé à la fois sur des visites sur place, sur les études du CETE de l’époque et sur les études du cabinet d’expert (ICE).

Quelle différence entre les travaux préconisés par le nouveau cabinet et les travaux très conséquents envisagés précédemment ?
La différence est claire : dans un cas, auraient été sécurisés le chemin du Port et ses berges pour plus de 50 ans, voire beaucoup plus. Dans l’autre seraient « réparées » les zones qui s’éboulent, s’écroulent, dans l’immédiat.
La première solution est coûteuse, elle s’apparente au principe du « vaccin ».
La seconde est légère et s’apparente au principe de « l’aspirine ».
Dans un cas, vous êtes guéri, dans l’autre juste soulagé un temps.
Mais les études pour « le vaccin », la commune les a payées, toute seule !

Que va choisir de financer notre Sous Préfet ?

Financera-t-il « le vaccin » préconisé par ses services il y a quelques années et détaillé par le cabinet ICE, dont le total s’élève à 3.3M€ sur 15 ans, ou financera-t-il le cachet d’aspirine préconisé par le nouveau document dont le total s’élève à moins de 0,4M€ ?
Soyons conscients que, si l’on prend « l’aspirine », la pente de 45° nécessaire à la prise de vaccin pourrait bien ne plus être là.

« Si le chemin du Port partait dans la Garonne, on déporterait la voie de circulation sur la gauche en expropriant les riverains, ou en passant sur les Garosses » c’est ainsi que certains envisageraient l’avenir du chemin du Port.

L’île quant à elle, la fameuse « île » qui défigure la Garonne et fait l’objet de tant de fixations, sera arasée comme prévu par la directive d’Etat d’août 2013.

Note_Intervention_TravauxRest&entretien
Vous saurez la suite au prochain épisode, mais le premier paragraphe placé en introduction de cet article pourrait vous faire lever un sourcil.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s