Une leçon de …boulangerie?

Nous avions souhaité que soient ajoutés deux points à l’ordre du jour du conseil municipal, hier soir, pour clarifier les informations sur les sujets des « berges de Garonne » et du « pylône d’antenne 4G », et  nous avons remercié le maire d’avoir accepté d’aborder ces sujets.

Au sujet des berges, nous avions compris, au printemps, que M. le sous préfet avait demandé une étude de travaux d’urgence moins coûteuse que les résultats des études des années 2005 à 2013 (études de services de l’Etat puis études d’un cabinet privé pour la mise en orchestre). Nous avons hier eu l’information que cette demande était en fait le « fruit d’une réflexion commune » entre le maire et le sous préfet. Puis, au vu des montants évalués par cette étude d’ « urgence », que notre maire « ne se voyait pas demander une subvention de 300 000€ » pour une étude coûteuse alors qu’il existait une proposition beaucoup moins onéreuse. Un nouvel expert serait venu plus récemment, cerise sur le gâteau, affirmer qu’un entretien adéquat de la végétation serait nécessaire (certes, et cela nous le savions tous déjà) et peut être suffisant…!
Jolie leçon que nous avons pris là, dont nous sommes sortis couverts de…farine!

Pour le dossier de sauvegarde des berges, une demande a été faite à l’ingénieur conseil, pour finaliser un projet de travaux pour 2015 avec demande de DETR au titre de 2015, dossier à passer en conseil municipal en décembre 2014. L’ingénieur conseil -choisi par l’équipe municipale précédente mais qui n’a pas l’heur de convenir à notre maire- ne peut pas s’engager sur des travaux d’un montant préchoisi (il estime le coût des travaux à prévoir sur investigation technique, mais ça ne fonctionne pas dans l’autre sens), et ni lui ni les entreprises qui seraient mandatées pour la réalisation des travaux  ne peuvent engager leur responsabilité professionnelle sur des travaux tronqués. 

Mais une chose est sûre: les 300 000€ de DETR obtenus au budget 2014 sont perdus pour Saubens.

Aujourd’hui, au sujet des dossiers pour les maisons place de l’église et rue principale (dites « fonds Barnier » pour l’urgence de leur situation) nous apprenons que certains riverains « ne veulent pas de travaux au pied de leur jardin car rien n’a bougé depuis des décennies », et que le dossier sera présenté en conseil municipal en décembre pour les 3 autres habitations concernées. Cela coûtera moins cher à la collectivité.

 Notre maire a chaleureusement remercié son prédécesseur, nommément,  pour la qualité du travail effectuée sur ces dossiers. Ne pouvait-on alors lui faire confiance?

Ces informations sont le reflet de ce qui a été dit en séance (nous nous attacherons à les voir paraître au compte rendu et les témoins étaient nombreux), et le rédacteur de cet article n’a donné d’ interprétation, toute personnelle, que dans la petite phrase sur la leçon.

Nous craignons aujourd’hui plus qu’hier que tant d’années de travaux d’études (payées par la municipalité) et de recherches de crédits (obtenus pour 2014) soient en grande partie jetés à la corbeille. Nous craignons que ce soit un immense gâchis qui se profile à pas comptés depuis mai. Pour les Saubenois des berges de Garonne, nous ne  souhaitons pas l’abandon du projet de sauvegarde à long terme des berges.

[Note ajoutée le 25/11/14: après rencontre du « Collectif pour la sauvegarde des berges de Garonne » avec l’équipe municipale, sur initiative du Collectif, fin novembre, il semble que la remise en question de ce dossier de plus de 10 ans de travaux  et d’études par les services de l’Etat puis par un cabinet privé, qui a conduit à cet état de fait et à l’abandon de la dotation d’Etat 2014, soit plutôt due à une recherche d’économies à tous crins; que l’Etat reste convaincu de la dangerosité du site à conforter en urgence pour une sauvegarde à long terme; et que l’intention de restaurer les berges reste d’actualité.]

Au sujet du pylône d’antenne 4G, ne seront pas abordées ici les histoires de mise en cause de personne(s) pour conflit d’intérêts (dont le détail serait dans l’un des « recours gracieux »que nous n’avons pas eu entre les mains) , nous avons estimé que cette situation était plus due à de la maladresse qu’à une volonté  de profiter de la situation.
Le Collectif opposé au pylône (Collectif « Préservons Saubens non au pylône ») a proposé une étude urbanistique très détaillée dont il ressortait a minima que la demande de travaux aurait dû être une demande de permis de construire; elle s’est vue balayée d’un revers de main par notre maire qui n’a pas de leçon à recevoir. (note: Un permis de construire aurait à tout le moins permis plus de questions et ouvert la porte à insister pour la mutualisation des équipements (encouragée par l’Etat), pour un déplacement moins « verrue » dans le paysage, ainsi qu’à émettre des réserves officielles notamment quant à la santé publique).

 Le maire nous a confirmé que la demande de travaux, même pour une zone ND de protection de sites naturels, devait être instruite en 1 mois, et « tout le monde le sait ». Merci pour cette courte leçon.

Il a mis en lumière le fait que l’action du Collectif anti-pylône, c’était  « comme si un ‘Collectif’ se créait pour mettre le nez dans la construction d’un local piscine chez  vous », le pylône est donc considéré ni plus ni moins comme un équipement sans conséquences, au même titre qu’un petit local technique privé. (C’est d’ailleurs bien l’objet du choix d’une déclaration de travaux plutôt que d’un permis de construire). Il n’y a donc pas lieu de se pencher sur cette question, et cela fait perdre du temps à notre maire qui a d’autres dossiers sur le feu. Le dossier de demande de travaux de Free est « conforme » suite à l’avis 2 fois exprimé de la DDT (Direction Départementale du Territoire), – 2 fois suite à une demande de détails envoyée en complément-,  et de ce fait la décision du Conseil d’Etat du 20 juin 2012 (n°344646) jugeant les pylônes d’antenne de téléphonie indissociables de leur dalle de répartition dans le calcul de la surface de la construction n’a même pas lieu d’être évoquée.

Notons que notre maire a aussi annoncé que « s’il l’avait pu, il se serait lui aussi bien passé d’une antenne 4G en entrée de village ». Il nous a pourtant semblé que la non opposition à demande de travaux avait été signée par sa main. Si l’opérateur téléphonique tenait tant à son antenne (zone blanche dans la couverture (?)), il aurait pu financer une tranchée pour la placer en bord de Garonne…

Nous rappelons que notre position n’est pas d’empêcher la venue de la 4G de Free , ni celle d’un pylône. Nous regardons passer les ballons entre le Collectif anti-pylône et la mairie, dans le sens de l’intérêt collectif et dans le respect des lois,  nous avons donc soutenu ce Collectif sur la demande de permis de construire pour ce faire ( d’où cette demande d’informations en conseil municipal).

La salle des Aînés (projet évoqué en séance): la campagne de « Vivons Saubens » se faisait fort de proposer une maison adaptée de 120m² à 130 000€, ce que nous avions considéré comme illusoire. Certes, l’estimation est une fourchette « haute » destinée aux demandes de subvention, mais à 270 000€, et sans certains équipements, il y a des promesses qui vont être difficiles à tenir .

Nous avons voté « abstention » pour cette raison  mais aussi pour l’emplacement choisi: en coeur de village certes, mais encore et toujours ces installations vont impacter le pauvre parking de la mairie qui est plus que saturé à certaines heures.

Par ailleurs, nous estimons qu’une maison pour le club de l’Age Heureux est nécessaire et coûtera forcément plus que la somme promise de 130k€.

Des Saubenois pourraient ne pas comprendre pourquoi nous n’avons pas suivi le maire dans la demande de subvention aux sénateurs pour l’installation du médecin financée par la municipalité (et nous avions voté « pour »). La raison est simple: nous nous sommes offerts, aux Saubenois et au médecin, le cadeau d’un cabinet de grande proximité, mais nous ne sommes pas en zone ‘déficitaire en matière d’offre médicale’ (plus de 20 généralistes à moins de 10 km). Nous estimons donc que, par correction vis à vis des communes en réel besoin, nous ne devrions pas demander d’aide pour ce beau cadeau que nous nous sommes fait.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s