Une parodie de démocratie !

C’est hélas ce qui pourrait résumer très brièvement la réunion publique d’information sur « le projet de château d’eau et production d’eau ».

En effet, comment pourrait-il en être autrement lorsque notre maire en personne commence sa présentation en précisant que si le ton de cette réunion venait à ne pas lui convenir, il la clôturerait immédiatement !

Mais oublions cette navrante position et intéressons-nous plutôt à un sujet beaucoup plus préoccupant, ce fameux projet de château d’eau et d’unité de traitement d’eau.

Si l’augmentation des besoins en eau dans les années à venir ne fait pas débat, on ne peut pas en dire autant des chiffres de production et de consommation présentés lors de cette réunion. En effet, ils ne semblent pas correspondre à ceux publiés sur les sites internet de certains organismes publics. Cela demande donc vérification.

Parodie de démocratie également lors de la présentation par les intervenants (membres du SIVOM PAG, cabinet d’études) du projet retenu. Car contrairement aux paroles d’accueil de monsieur le maire « ici pas de langue de bois » (sic), il est apparu un manque total de transparence dans cette étude puisqu’aucune explication sérieuse n’a été fournie sur les autres projets envisagés ou les solutions alternatives. Ce qui a laissé à l’assistance un sentiment de « mis devant le fait accompli » très désagréable.

Le tout agrémenté de phrases malheureuses de certains membres du SIVOM nous expliquant que ce n’était pas Saubens qui allait financer mais uniquement le SIVOM (donc le prix de l’eau) et que cela n’aurait donc pas d’incidence sur nos impôts ! Encore quelqu’un qui a oublié que l’argent public, comme son nom l’indique, vient en grande partie du public justement.

Phrase malheureuse également lorsque l’on nous affirme que ce SIVOM n’accepte plus d’antenne-relais sur ses châteaux d’eau…mais que se passera-t-il dans le cas d’un nouveau SIVOM ?

Ces maladresses de communication n’ont fait que renforcer l’idée que la solution retenue n’a pas été suffisamment réfléchie et surtout manquait d’objectivité.

Présentation donc mal ficelée comme le projet lui-même qui semble plus poussé par un désir hâtif de réaliser quelque chose car le SIVOM tel qu’on le connaît aujourd’hui, n’existera certainement plus d’ici peu puisqu’il sera fusionné avec celui de Saudrune au plus tard en 2018 ! (cf PROJET DE SCHEMA DEPARTEMENTAL DE COOPERATION INTERCOMMUNALE de la Haute-Garonne octobre 2015 dans sa version définitive page 47 disponible sur http://www.haute-garonne.gouv.fr). Pourquoi ne pas l’avoir évoqué alors qu’un tel projet, à partir du moment où il est validé et de l’avis même d’un membre du SIVOM, demande environ 4 ans pour être réalisé ? Son lancement ressemble donc plus à une fuite en avant précipitée et surtout une fuite des responsabilités puisqu’il serait réalisé par un organisme qui n’en serait pas à l’origine !

Il est en gestation depuis déjà 3 ou 4 ans, on n’est donc plus à 2 ans près et surtout, dans le cadre d’un SIVOM plus vaste, il pourrait être d’une plus grande envergure ou, mieux encore, réétudié sur la base d’une mutualisation et d’une réorganisation des sites de production existants. Et dans ce cas, il serait peut-être bon de faire fi des querelles de clocher et de se rapprocher de Muret. En effet, il peut y exister des terrains en mesure d’accueillir ces équipements sur une zone en haut des coteaux, située exactement à la même altitude que le lieu retenu aujourd’hui sur notre commune mais loin de toute habitation. Il ne s’agit pas de dire « Mettez-le à Muret, pas chez nous », il s’agit de repenser la stratégie de l’emplacement de cette installation en concertation avec les autres communes du périmètre du nouveau syndicat qui disposent d’un point haut : que cela conduise à Muret, Saubens, ou toute autre commune des 5 anciens SIVOM fusionnés, cela sera issu d’une concertation stratégique globale.

Il semble également que, comme l’ont fait remarquer à juste titre certains Saubenois, à aucun moment l’étude n’ait pris en compte les nuisances et désagréments engendrés tels que les travaux, l’éventualité d’une dépréciation des biens à proximité de l’usine et surtout la perte partielle du caractère « bucolique » des lieux qui sont, pour beaucoup, des itinéraires de promenade. Un comble pour une équipe municipale qui affirmait lors de sa campagne électorale, vouloir préserver le côté « village rural » de notre commune.

Il est d’ailleurs regrettable qu’à aucun moment, monsieur le maire n’ait pris la défense de ses administrés lors de cette réunion.

Réunion qui s’est d’ailleurs finie en « eau de boudin » (encore un comble pour un projet sur l’eau) et sans véritable conclusion puisque l’on ne sait toujours pas de ce qu’il adviendra de ce projet. Preuve, s’il en est, d’un manque évident de préparation et de concertation mais qui correspond bien, hélas, au sentiment ressenti par tous.

Nous le répétons, notre objectif n’est pas ici de remettre en cause la nécessité de prévoir une eau de qualité et en quantité suffisante pour les années à venir mais il est essentiel de mettre en garde nos concitoyens sur le manque de rigueur et la légèreté avec lesquels un tel projet paraît avoir été traité et surtout de quelle façon arbitraire on cherche à nous l’imposer…comme si Saubens attendait une contre-partie du SIVOM en échange de cette « verrue » sur notre commune ?

Décidément, cette réunion nous laisse définitivement sur un arrière goût amer dans la bouche…dommage pour une réunion censée évoquer la qualité de l’eau !

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s